Skip to content

Thé japonais

Au Japon, l’eau de robinet est potable.
Aux restaurant ou aux café, un verre de l’eau est servi des qu’on s’assoit.
Il est bien sûr gratuit.
De plus dans certains restaurants ou café, une tasse de thé japonais est servi.
Ne vous inquiétez pas. Il est aussi bien sûr gratuit.
Le thé japonais est très important dans la vie des japonais. 
On en boit à n’importe quel moment de la journée.

Kanji– Thé

Apprendre les Kanji (caractères chinois) est toujours intéressant et bénéfique pour comprendre ce que signifie le mot. Grâce au kanji, nous pouvons virtuellement saisir non seulement le sens du mot, mais aussi le contexte dans lequel il est né.
Par conséquent, je vais introduire le kanji aussi souvent que possible.

cha-grass

Le kanji pour thé est 茶 et nous le prononçons « cha ».
Selon la théorie la plus soutenue, 茶 illustre des herbes et un couteau bien aiguisé pour les couper.
Ce caractère indique probablement le fait qu’ils fabriquaient du thé en coupant des feuilles de thé nouveau-nées.

cha-grass

茶 se prononce aussi “sa”. Nous utilisons cette prononciation pour le mot 茶道 Sadou.
Sa-dou signifie littéralement « la voie du thé ».
dou signifie un chemin.
Les Japonais adorent ajouter le mot 道 « dou » à la fin de certaines pratiques pour extraire quelque chose de mental ou de spirituel, comme 茶道, 華道 (ka-dou : la voie de l’arrangement floral), 武道 (bu-dou : la voie des arts martiaux) arts).

Pour des histoires détaillées sur 茶道 Sado, visitez ici
Kuchi-kiri (cérémonie du thé)

1. Histoire du thé japonais

Le thé a son origine en Chine et le Japon a introduit la culture du thé en provenance de Chine.
Bien que l’heure exacte à laquelle le premier thé est arrivé au Japon ne soit pas claire, nous pouvons trouver un document fiable qui mentionne qu’une tasse de thé a été dédiée à l’empereur Saga en 815.

Au 12ème siècle,

un prêtre de Zen nommé Eisai a apporté un théier de Chine et l’a planté dans le district d’Uji dans la préfecture de Kyoto.
C’est le début de la culture du thé au Japon.
Ainsi, le thé était à l’origine planté dans les temples zen et principalement imbibé par les moines zen.
Ils privilégiaient le thé pour combattre leur somnolence dans leur méditation Zazen. C’est-à-dire qu’ils acceptaient le thé comme une sorte de médicament..

Au 15ème siècle,

certaines personnes des classes les plus riches ont commencé à boire du thé pour les loisirs.
Peu à peu, des événements culturels tels que « deviner le thé » sont devenus populaires parmi eux.
Ce jeu était assez simple. Ils ont bu du thé et ont deviné si le thé venait d’Uji ou non. Parfois, ils impliquaient des paris dans ces jeux.
C’est Murata Juko (1422-1502) qui a affiné le loisir du thé en une forme minimaliste de cérémonie du thé connue sous le nom de “Wabi-cha“.
D’ailleurs, Murata Juko a un parcours unique pour être expulsé du temple à l’âge de 17-18 ans pour avoir passé trop de temps à deviner le thé.
Mais plus tard, il entreprit un régime d’entraînement rigoureux sous le maître zen iconoclaste appelé Ikkyū.
Plus tard, l’esprit de Murata Juko a été hérité par Takeno Joo et son disciple Sen no Rikyū a achevé le “Wabi-cha” en tant qu’art esthétique et spirituel à la fin du 16e siècle..

thé japonais tea-utensils

Au milieu du 17ème siècle

thé japonais tea-ceremony-room

Au milieu du 17ème siècle, le maître de zen appelé Ingen introduisit le thé vert cuit à la poêle de Chine.
Plus tard en 1738, Nagatani Soen a développé  la méthode de traitement dusencha qui permettait de dissoudre le goût et la saveur des feuilles de thé même lorsqu’elles étaient trempées dans une théière.
Cependant, la méthode de cuisson ou d’ébullition pour obtenir un extrait était un courant dominant à cette époque.
C’est après la Seconde Guerre mondiale, lorsque le système de production stable actuel a été établi, que la culture Sencha s’est répandue parmi les roturiers

Pour les informations détaillées, rendez-vous ici
Yabukita

 2. Thé vert japonais

1) degré d’oxydation

Le thé noir et le thévert sont tous deux fabriqués à partir des feuilles (parfois des boutons ou des tiges) du théier (Camellia Sinensis).
La différence est fonction du degré d’oxydation

– oxydation complète ⇒ Thé noir
– semi-oxydation ⇒ Thé Oolong
– légère-oxydation ⇒ Thé blanc
– sans oxydation ⇒ Thé vert

* Dans le processus d’oxydation du thé noir ( qui est appelé thé rouge au Japon), les catéchines se transforment en théubine ou théaflavine, à l’origine de la rougeur du thé noir.
La catéchine est une sorte de polyphénol qui donne au thé un goût amer et astringent.
En raison de leur faible teneur en catéchines, les feuilles de thé produites au Japon ne sont pas bonnes pour le thé noir.

2) méthode pour chauffer les feuilles

Le chauffage empêche l’oxydation en désactivant les enzymes de la feuille de thé.
Selon la méthode utilisée pour chauffer les feuilles, le thé vert peut être divisé en deux:

A) thé vert cuit à la poêle (principalement produit en Chine et Taiwan),
B) thé vert cuit à la vapeur (principalement produit au Japon). 

Le premier A) a un arôme légèrement sucré et torréfié, tandis que le dernier B) a un arôme frais caractéristique et un umami puissant.
Au Japon, le thévert désigne généralement ce dernier type de thé.

Pour des informations plus détaillées sur la classification du thé japonais, visitez ici
Thé vertVariété de thé vert
autres thésThés retraités

Pour des histoires plus détaillées sur les cultivars de thé japonais, visitez ici
Yabukita

thé japonais tea-field

3. Composés et efficacité

1) Catéchine
La catéchineest un polyphénol à l’origine de l’amertume et de l’astringence du thé vert.
Elle apporte des avantages à notre corps.

– augmenter le métabolisme des graisses dans les cellules hépatiques
– effet anti-oxydant (ralentir du processus de vieillissement et prévention de la formation de cellules cancéreuses)
– effet anti-allergique
– effet anti-bactérien

2) Théanine
L-théanine est un composé principal derrière la sensation d’umami.
Il favorise l’activité des ondes alpha dans le cerveau et nous détend.